Léopold_Gilloots-Laforge.jpg
julien-fanthou-1.jpg
benjamin-woh-portrait-hd.jpeg
juliette journaux.jpg

Les artistes

Franck Chastrusse-Colombier, directeur musical du projet
Franck Chastrusse Colombier obtient le diplôme supérieur de direction d’orchestre à l’Ecole Normale de Musique de Paris et de l’Accademia Chigiana. Il se perfectionne auprès de Georges Prêtre (Opéra de Paris, Teatro La Fenice, Orchestre National de France) et Maurizio Arena.
Il devient ensuite chef-assistant à l’Opéra de Massy ainsi qu’assistant d’Alain Guingal (Opéra d’Avignon et Orchestre National d’Ile-de-France).
Il débute en Italie à l’âge de 22 ans en dirigeant Rigoletto. Remportant un vif succès, il est depuis réinvité régulièrement pour les productions de Cosi Fan Tutte, Barbiere di Siviglia, Traviata, Un Ballo in Maschera…
Du côté symphonique, il dirige notamment l’Ensemble Orchestral de Paris, l’Orchestre de Massy ou encore les musiciens de l’orchestre national d’Irlande au National Concert Hall de Dublin, en Allemagne et aux États-Unis.
A 28 ans, il est choisi comme directeur musical par l’orchestre de l’Association Symphonique de Paris (plus jeune directeur de l’histoire de cette institution fondée en 1923).
Franck Chastrusse-Colombier est lauréat du Concours de la Communauté Européenne pour jeunes chefs d’opéra. En 2014, il remporte à l’unanimité le premier prix du Concours Luigi Mancinelli.    


Frédérique Lombart, metteuse en scène du projet
Après avoir suivi une formation variée (danse, théâtre, musique, sciences politiques et japonais), Frédérique Lombart participe au projet européen Educopéra, opéra de Massy, pour l’écriture du projet et le travail avec les élèves à l’initiation sur la partie théâtre, expression corporelle et mise en scène (janvier à mai 2018), écriture et mise en scène de « Onséfépikélapie » Opéra Bus, Opéra de Massy, au cœur des quartiers populaires (juin 2017), et elle signe les reprises de La Cenerentola (et sa chorégraphie) pour l’Opéra de Lubljana (Slovénie) et au Municipal de Santiago du Chili en 2017, donne une master-class au Conservatoire de Bayonne autour de Mary Poppins et a assuré la reprise de la mise en scène de Nicolas Berloffa L’Italienne à Alger à l’Opéra de Massy en mars 2016, ainsi que les mises en espace de Pomme d’Api et L’éducation manquée à l’Opéra de Rennes, le projet pédagogique Les Belles Zélènes (Opéra d’Avignon, avec deux collèges et un lycée d’Avignon). Elle a également fait la reprise de nombreuses productions de Jérôme Savary : La Veuve Joyeuse (Opéra de Lausanne), La Vie Parisienne (Opéra de Metz, Opéra de Saint-Étienne), La Cenerentola (dont la chorégraphie) à l’Opéra de Rennes, La Belle Hélène (Opéra d’Avignon et Opéra de Vichy). Elle a signé la mise en scène du Cid de Massenet au Festival de Manaus, de Carmen à l’Opéra de Toulon et de En Mêlée pour la Compagnie La Boîte à Rêves à Béziers. Depuis 1995, elle a été la collaboratrice artistique de Jérôme Savary dans ses diverses productions lyriques. Elle met en scène Le Comte Ory au Festival de Glyndebourne, au Teatro Regio de Turin, au Capitole de Toulouse, à l’Opéra-Comique et au Grand Théâtre de Liège, La Cenerentola à l’Opéra de Paris et au Teatro Real de Madrid, Quatorze Juillet de Franklin Le Naour à l’Opéra de Montpellier, Carmen 2, le retour au Regio de Turin, La Vie Parisienne à l’Opéra-Comique, à l’Opéra de Leipzig, au Kennedy Center de Washington et à l’Opéra de Lausanne ainsi qu’à l’Opéra de Shanghai, Carmen aux Chorégies d’Orange, à l’Opéra de Séoul et à la Japan Opera Fondation de Tokyo, Le Barbier de Séville au Teatro Verdi de Trieste, à l’Opéra de Massy, à l’Opéra d’Avignon, à l’Opéra-Comique, à l’Opéra de Marseille et à l’Opéra de Toulon, La Veuve joyeuse à l’Opéra-Comique, à l’Opéra de Lausanne, au Théâtre Royal de Wallonie de Liège, à l’Opéra de Dresden, La Périchole à l’Opéra-Comique, au Théâtre Verdi de Trieste, au French May à Hong Kong, La Belle Hélène à l’Opéra-Comique, à l’Opéra de Lausanne ainsi qu’à l’Opéra de Marseille en décembre 2010, L’Étoile au Grand Théâtre de Genève. Elle est aussi collaboratrice artistique de metteurs en scène tels que Eric Vigner pour Antigona (chorégraphie et musique) à l’Opéra de Montpellier et au Théâtre du Châtelet et pour Le Bourgeois Gentilhomme avec le Théâtre National de Séoul, Lorient et à l’Opéra-Comique. Elle collabore avec David et Federico Alagna pour Cyrano de Bergerac à l’Opéra de Montpellier et à l’Opéra de Monte-Carlo. Elle a assisté les metteurs en scène Jean-Louis Martinoty, John Cox, Robert Carsen, Richard Foreman, Tobias Richter, Emilio Sagi, Francesca Lattuada, Jonathan Miller, Nick Broadhurst…
Au cinéma, Frédérique Lombart est conseillère musicale et chorégraphique pour les films Il est plus facile pour un chameau et Actrices, réalise le « making of » d’Un château en Italie de Valéria Bruni-Tedeschi, et chorégraphie Les Sentiments de Noémie Lvovski. Elle dirige une master-class pour l’Académie de Rennes à destination des professeurs des écoles et collèges sur « la mise en scène d’opéra » à l’Opéra de Rennes. Elle écrit aussi pour le théâtre, le cinéma, la télévision, ainsi que des livres pour enfants. Elle a également animé des ateliers de théâtre et de danse pour les patients de l’hôpital psychiatrique Sainte-Anne à Paris, et est intervenue régulièrement dans les lycées, collèges, écoles, prisons et hôpitaux.  


Alexia Macbeth, mezzo-soprano
Diplômée de la Guildhall School of Music and Drama en chant lyrique et de la Central School of Speech and Drama en art dramatique, Alexia Macbeth est une mezzo-soprano franco-britannique.
Durant la saison 2016-2017, elle a tenu à l’opéra de Reims le rôle-titre dans un opéra fantastique néo-romantique, Forge !, de G. Philippot, et a intégré l’atelier lyrique d’Opera Fuoco, dirigé par David Stern. Elle a notamment chanté au sein de cette compagnie l'alto solo dans une cantate de Bach à la Philharmonie de Paris.
Durant la saison 2017-2018, elle a repris sa collaboration avec le Bus Opéra de l’Opéra de Massy, interprétant le rôle de Rosine. Avec Opera Fuoco, elle a chanté le rôle de Gelasius dans Richard Löwenherz de Telemann au théâtre de Magdeburg (Allemagne) et participé à de nombreuses masterclass, notamment avec Jeff Cohen et Barbara Bonney.
Elle a aussi chanté de multiples rôles (Pâtre, Écureuil, Chatte, Bergère) dans L’Enfant et les sortilèges de Ravel avec la compagnie Winterreise au théâtre de Rochefort.
Cette saison, elle va reprendre sa collaboration avec l’Opéra de Massy pour un concert hors les murs. Avec Opera Fuoco, elle chantera le soprano II solo dans la Messe en Si de Bach à la Philharmonie de Paris et Pauline dans Die stumme Serenade de Korngold, en coproduction avec la compagnie Winterreise. Toujours avec Opera Fuoco, elle participera également à une masterclass avec Karine Deshayes.
Son répertoire opératique comprend notamment des rôles de pages ou de jeunes hommes, comme Chérubin dans Les Noces de Figaro, Smeaton dans Anna Bolena, Orlovsky dans Die Fledermaus et Hansel dans Hansel et Gretel ; mais aussi des rôles plus impérieux et vifs, comme Didon dans Didon et Énée et Concepcion dans L’Heure espagnole.



Léopold Gilloots-Laforge, contre-ténor
Léopold Gilloots-Laforge est  formé depuis 2015 par la soprano Sophie Hervé.
​Il est lauréat de plusieurs concours internationaux  :
• Le concours international d'Art Lyrique de la ville de Marmande (Prix Jeune espoir, 2018)
• Le concours international d'Art Lyrique de la ville de Bordeaux (Prix Jeune espoir, 2018)
• Le concours international d'Art Lyrique d'Arles (Deuxième prix homme ainsi que le prix du Centre Français de Promotion Lyrique, 2017)
• Le concours international d'Art lyrique jeunes espoirs de l'Opera Grand Avignon (Prix de la banque Chaix, 2016)

​Léopold a pu travailler en tant que soliste avec des artistes de renom, tel les metteurs en scène François de Carpentries, Karine Van Hercke et Catherine Dune ; les artistes lyriques Julie Mathévet et Aude Extrémo ; les violonistes Stéphanie Paulet et Christophe Robert ; les clavecinistes Stéphane Béchy et Sébastien Guillot et la pianofortiste Laure Colladant. Léopold poursuit actuellement sa formation avec les chefs Benoît Haller, la pianiste Elsa Lambert et le ténor Jean-Francis Monvoisin.
Sur scène Léopold a assuré les rôles du Fils ainé dans Fêtes et Cendres de François de Carpentries (2018), Tamerlano de GF. Handel (2017) mis en scène par Catherine Dune et dirigé par Ollivier Cuneo ; la Sorcière de Dido & Aeneas d'Henry Purcell (2017) ; Dany Clair dans La Belle de Cadix de Francis Lopez (2017) ; Holoferne dans Juditha Triumphans d’Antonio Vivaldi (2015).
Il a achevé sa formation chorale en intégrant pendant deux ans la Maîtrise de Notre-Dame de Paris, dirigée durant cette période par Lionel Sow. Il a également pu participer aux masterclass de Margreet Hönig, Anne le Bozec, Semjon Skigin. Au sein de cette formation il a l'occasion de chanter sous la direction de Gustavo Dudamel, Sir Roger Norrington et Patrick Fournillier.
Léopold collabore actuellement avec plusieurs ensembles prestigieux dont  l’ensemble Jacques Moderne, l'ensemble Unacorda, l'ensemble Apostroph'​ et l'ensemble le Balcon.
En avril 2018 il participe à la création de la Bande originale du film Je ne suis pas un homme facile en interprétant la chanson "Una Donna sa".
En mai 2018, il participe à l'émission "Une histoire particulière" sur France Culture.
En novembre 2018 il participera à la création de l'œuvre musicale Torquemada, de Caroline Marçot enregistrée en aout 2018 pour France Culture.
Parmi ces projets, la saison 2018-2019 sera celle de ses débuts à l’opéra de Montpellier avec l’orchestre symphonique de l’opéra de Montpellier, dirigé par Victor Jakob, dans un récital consacré aux airs de Mozart. Il sera également en récital en septembre 2018 aux côtés de Julie Mathevet et Aude Extrémo à la cathédrale de Bordeaux dans le concert dirigé par Alexis Duffaure. À partir de mars 2019 il interprétera la Sorcière de Dido & Aeneas d'Henry Purcell dans une nouvelle production scénique dirigée par François Bazola.

 

Julien Fanthou, Baryton

Julien Fanthou ne tient pas en place, il découvre sa voix après l'obtention d'une Maîtrise d'Arts Plastiques. Il se forme au CNR de Montpellier, puis à la Schola Cantorum avec Jacqueline Bonnardot. Titulaire d'un Master « Art du récital », il a remporté plusieurs concours internationaux. Il se perfectionne aujourd'hui avec Cécile de Boever.
Il a été Marco dans Gianni Schicchi à l'Opéra Bastille dans une mise en scène avec marionnettes de Jean-Michel Fournereau et Don Giovanni en Suisse, pour la Compagnie Opéra de champs.
Avec les Monts du Reuil, il a incarné le Docteur Sangrado de Laruette ainsi que Le Soldat Magicien de Philidor. Il fut aussi un Dandini remarqué par la critique dans Cenerentola au Théâtre Adyar.
Il collabore avec la Compagnie Opéra Eclaté depuis plusieurs années, il s'y est vu confier les rôles de Masetto dans Don Giovanni sous la direction de Dominique Trottein au Festival de Saint Céré, et sous celle de Dominique Rouits à l'Opéra de Massy ainsi qu'en tournée nationale. Il fut Marullo dans Rigoletto mis en scène par Michel Fau, Le Sprecher dans La Flûte Enchantée, (sous la baguette de Joël Suhubiette) Ajax II dans La Belle Hélène et Ramirez dans La Belle de Cadix. Il fut encore Malatesta dans Don Pasquale puis Taddeo dans L'Italienne à Alger ainsi que Geronimo dans Il matrimonio segreto de Cimarosa pour le festival «Voix-mêlées» sous la direction de Nathalie Spinosi.
Il sert également le Lied et la mélodie en récital ainsi que l'oratorio en France comme à l'étranger (Allemagne, Ukraine, Angleterre, Suisse, Luxembourg)
Il apparait régulièrement sous la forme du Goujon Folichon, créature interlope prenant à bras-le-corps un répertoire de chansons réalistes sous le regard bienveillant de Caroline Loeb.
Passionné d'art contemporain, il a créé plusieurs ouvrages : il fut Colas dans Les 2 chasseurs & la laitière d'Emmanuel Clerc à l'Opéra de Reims avec l'ensemble Les Monts du Reuil. Il a créé Entends ma voix de Thomas Malet pour l'Union des Professeurs et Maîtres du Chant Français (mélodrame pour voix et piano arrangé). Il a été convié à chanter Mass of the Children de John Rutter à Canterbury sous la direction de William Bersey.
Il a aussi participé à la création chorégraphique Revue Macabre d'Aurélien Richard pour le Festival Dansfabrik à Brest et au CND de Pantin (tournée nationale la saison prochaine).
Il est Raoul Barbe bleue dans la nouvelle production des Monts du Reuil.

​Benjamin Woh, Ténor

Ténor et chef de chœur français formé au Conservatoire National Supérieur de Paris (CNSMDP), Benjamin Woh s’émerveille dès son plus jeune âge pour les polyphonies vocales sacrée et commence des études musicales de harpe, chant choral puis lyrique, et de direction de chœur notamment auprès de Sofi Jeannin. Après des études au Conservatoire d’Evry, il entre à la Sorbonne (Paris 4) et obtient une licence de musicologie en approfondissant ses connaissances en chant. Il étudie dans de prestigieuses formations parisiennes telles que le Chœur de Paris-Sorbonne, le Jeune Chœur de Paris et la Maîtrise de Notre-Dame. Admis en 2012 dans la classe de chant d’Alain Buet au CNSMDP, il s’engage avec passion dans le répertoire lyrique français de Rameau à Gluck, Berlioz et Massenet tout en continuant de se former aux disciplines théoriques telles que l’harmonie et l’écriture ainsi qu’aux polyphonies médiévales. En 2013, il devient chef-assistant au Chœur Colonne de Paris et prend la codirection du Chœur Maurice Ravel de Levallois (CMRL) avant de devenir chef de chœur du Chœur Symphonique d’Ile de France (CSIDF) et du Chœur Universitaire d’ASSAS en 2015.
Il se produit régulièrement avec des chœurs pour des concerts tant comme soliste ou chef de chœur. On a pu l’entendre dans les rôles de l’Évangéliste de la Saint Jean de Bach, Orphée de Gluck dans plusieurs production françaises, le Comte de Liebenskof dans le Voyage à Reims et le Comte Almaviva dans le Barbier de Séville de Rossini, Louis XIV dans la Carmélite de Hahn et en soliste de la Messa di Gloria de Puccini avec l’OCUP, la Messe en Si de Bach avec “les Folies du temps”. Il vient de chanter Les Saisons de Haydn sous la direction de Dominique Sagnolo à l’Opéra de Massy.

Juliette Journaux, Piano

Lauréate de plusieurs concours internationaux, la pianiste Juliette Journaux s’est formée auprès des plus grands maîtres au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. C’est auprès de Hortense Cartier-Bresson et Emmanuel Strosser que Juliette se perfectionne en tant que concertiste.
De nombreuses master-classes viennent compléter cet enseignement: Jacques Rouvier et Bruno Rigutto lors de l’académie d’été de Nice, Jean-Claude Pennetier et Jean-François Heisser à l’occasion de l’académie Ravel, David Kadouch dans le cadre de l’académie Jaroussky ou encore le quatuor Ebène au CNSM de Paris.
Très tôt passionnée par le répertoire de l’opéra, du lied et de la mélodie, elle se forme comme chef de chant dans la classe de Jean-Frédéric Neuburger, Jeff Cohen et Anne Le Bozec.
Juliette Journaux est régulièrement invitée comme pianiste soliste dans de prestigieuses salles en France et à l’étranger. Elle fait notamment ses débuts à la Salle Pleyel à l’âge de treize ans à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Chopin sous le parrainage de la pianiste Brigitte Engerer; puis à la Laeizhalle de Hambourg en 2016, et plus récemment au Hoshimata Hall de Tokyo.
C’est à partir  de la saison 2015-2016 que Juliette est sollicitée comme chef de chant  dans de grandes maisons d’opéra : Compiègne, Lille ou encore à l’Opéra-Comique.
Pour la saison 2018-2019, Juliette est engagée comme chef de chant à la Philharmonie de Paris dans le cadre du chœur de chambre de l’Orchestre de Paris et continue sa collaboration avec l’Opéra-Comique.


Orchestre de l'Opéra de Massy, 10 musiciens

En 1989, Dominique Rouits fonde l’Orchestre de Massy sous l’impulsion de la ville de Massy et avec le soutien de l’État. Assisté de deux jeunes chefs d’orchestre, Dominique Spagnolo et Constantin Rouits, il dirige cette formation qui rayonne en France et qui est le cœur musical de l’Opéra de Massy. Une complicité s’est naturellement tissée entre l’Orchestre et l’Opéra, son lieu de résidence.
L’Orchestre de l’Opéra de Massy a pour missions de répondre à la demande du public et d’aller à la rencontre de ceux qui ne fréquentent pas les salles de concert. Il donne cinquante concerts par an et propose une trentaine d’actions pédagogiques en direction de tous les publics. Associé à la programmation de l’Opéra de Massy, il s’y produit dans les répertoires lyriques et symphoniques. Il est également invité dans de nombreuses villes et agglomérations d’Essonne, ainsi qu’en France et à l’étranger. Il accompagne ses concerts d’actions qui s’inscrivent dans les dynamiques locales en impliquant les collectivités, les associations culturelles et les musiciens du territoire. Ainsi joue-t-il un rôle fondamental de diffusion de la musique classique, de création contemporaine et de développement culturel.
L’Orchestre explore toutes les époques, formes et styles du répertoire symphonique et s’approprie une cinquantaine d’ouvrages lyriques du XVIIIe siècle à aujourd’hui. Il porte une attention toute particulière à la voix, chantée ou parlée, en soliste ou en chœur. Avec la collaboration de l’Atelier qu’il a créé en 2004, l’orchestre construit plusieurs projets annuels qui associent les chœurs amateurs de Massy et de l’Ile-de-France.
L’Orchestre de Massy se veut aussi, tremplin, carrefour de rencontre pour les jeunes artistes : instrumentistes, chanteurs, chefs d’orchestre, solistes, compositeurs. Il collabore ainsi régulièrement avec l’École Normale de Musique de Paris et le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.
L’Orchestre de l’Opéra de Massy est une association à but non lucratif subventionnée par la ville de Massy, le Conseil Général de l’Essonne et la DRAC Ile-de-France